FAQs

Pour en savoir plus sur le programme bilingue à l’école public à Killarney Heights, consultez les FAQs ci-dessous.

L’école organise une journée de visite au mois de mai et lors des matinées d’orientation, en septembre. Pour une visite en dehors de ces périodes, contactez Madame Vicki Johnson, Directrice de l’école de Killarney Heights en téléphonant au ( 02) 9451 9547 ou Sabine Duffy, coordinatrice FANS, (02) 9451 4185, [email protected]

Voyez ce lien vers le A-Z of Killarney… de nombreuses informations ponctuelles et pratiques sur le fonctionnement de l’école!

La transition du programme bilingue de KH au système français (suisse ou belge) ne devrait poser aucun problème majeur, spécialement en bas âge. Au fil des ans, un bon nombre de familles sont rentrées en France après quelques années à Killarney et les rapports d’intégration sont toujours excellents.

Pratiquement, comme dans toutes les écoles australiennes, les enfants apprennent à lire et à écrire dès le Kindergarten (équivalent d’une maternelle GS). Ceci constitue donc un avantage par rapport au système français, où les enfants apprennent à lire au CP seulement, soit un an plus tard. Dans le programme bilingue, la majorité des enfants lisent en français et en anglais à la fin du Kindergarten, ce qui leur procure une avance certaine pour une éventuelle transition vers le système français en CP.

A partir de l’année Year 1 (équivalent au CP), les programmes australiens et français sont relativement similaires. S’il est vrai qu’il existe des différences dans le moment de l’acquisition des différentes compétences du cycle primaire, et dans les méthodes pédagogiques, globalement, en fin de cycle, ces compétences sont identiques. La seule différence importante réside dans le fait que l’écriture cursive (en attaché) est apprise dès le CP en France, et en Year 3 seulement en Australie. La reconnaissance du programme par l’attribution du LabelFrancEducation en 2012 et l’élargissement du réseau des écoles labellisées facilitera encore le déplacement des familles.

Le calendrier scolaire des écoles publiques australiennes pour les 5 années à venir est repris ici.
L’école publie tous les mercredis un petit bulletin qui reprend les dates spécifiques de la semaine ou du trimestre.

Il y a une garderie avant et après l’école. Celle-ci accueille les enfants de 7h30 à 9h00 et de 15h00 à 18h00. Tous les renseignements et frais sont repris sur le site:
http://killarneyh-pschoolsnsweduau.mycms.me/before-and-after-school-care.aspx

Les élèves ne sont pas autorisés à quitter l’école pour prendre le déjeuner à l’extérieur.

Les élèves apportent leurs repas qui sont pris à l’extérieur ou en classe sous la surveillance de l’enseignant. L’école possède une cantine organisée et gérée par des parents bénévoles 3 ou 4 jours par semaine. Il s’agit de commandes passées le matin ou par internet, préparées en matinée par les parents et récupérées par les enfants à midi. Les déjeuners proposés sont principalement des sandwiches.

Comme dans la quasi totalité des écoles en Australie l’uniforme est obligatoire à Killarney Heights. Les enfants portent en fait 4 uniformes différents au cours de l’année
scolaire: uniforme classique d’été, d’hiver et uniforme de sport (été et hiver).

Vous pouvez avoir une idée des prix en allant sur le site du magasin de vêtements de Killarney Heights: http://clothingpool.khps-pc.com.au/

Voir document Règlement

Le Département de l’Education du NSW a apporté son accord, depuis 1999, pour la conduite de ce programme bilingue et suit activement les progrès des élèves. Il couvre tous les frais relatifs aux bâtiments et au matériel pédagogique non directement liés à la langue française: bureaux, chaises, papier, crayons, photocopies, etc..sont mis gratuitement à la disposition du programme bilingue. Trois classes bilingues sont aussi assurées par un enseignant francophone payé par le ministère de l’Éducation de la NSW.

Les autorités françaises ont participé au soutien financier du programme bilingue par le biais de subventions de l’Etat français (FLAM) et dons de livres. Notre programme étant à présent bien établi et ne pouvant plus bénéficier de mesures d’établissement, nous cherchons d’autres formes de support financier de la part des autorités françaises.

Du point de vue académique, notre école est en relation avec d’autres établissements bilingues. Depuis que KHPS a obtenu le LabelFrancEducation, nous faisons partie du réseau des écoles françaises d’Australie et nous nous rencontrons régulièrement.

Nous recevons des visites de représentants français: Sénateurs et Consul, Inspecteurs AEFE, Commission des affaires culturelles et de l’enseignement, représentants des français à l’étranger. Tous s’accordent à dire qu’après 16 années de fonctionnement, le programme bilingue de Killarney offre un modèle de référence de par ses méthodes et son approche innovatrice.

Grâce au partenariat entre FANS et KHPS, l’école est l’une des douze écoles membres de l’AAFEBS – The Australian Association of French English Bilingual Schools.   Être membre de l’AAFEBS engage FANS à promouvoir et apporter son support au développement de l’enseignement bilingue français-anglais en Australie.

Pour le moment il n’existe pas de preschool bilingue sur la région du North Shore. Il y a des playgroup francophones où les mamans et leurs jeunes enfants viennent partager temps de jeux, bricolages, chansons et histoires en français. Pour plus de précisions, visitez la page playgroup du site www.fanssydney.org.

Avant 5 ans, différentes structures de garde anglophones sont proposées aux parents. C’est privé et les prix peuvent énormément varier. Les listes d’attentes sont parfois
longues. Voici une liste des structures d’accueil pour notre région.

Le cursus primaire s’étale sur 7 ans en Australie:
Australie France Belgique/Suisse
Kindergarten
Grande section-CP
3ème maternelle
Year 1 CP 1ère année
Year 2 CE1 2ème année
Year 3 CE2 3ème année
Year 4 CM1 4ème année
Year 5 CM2 5ème année
Year 6 6ème 6ème année

Depuis 2005, le programme bilingue couvre tout le cycle primaire australien de Kindergarten à Year 6. En 2017, il y a 24 classes bilingues sur les 28
que compte l’école, 243 enfants francophones et 370 anglophones.

2016 a vu le démarrage d’une classe de CNED 5ième ainsi qu’une classe d’Histoire 5ième. Nouveau en 2017, des ateliers sciences et histoires! Pour toutes les classes cliquez ici.

En janvier 2006, un programme accéléré de français a démarré à l’école secondaire de Killarney Heights. Celle-ci est située juste à côté de l’école primaire. Ce programme accueille les enfants ayant été scolarisés dans les classes bilingues de l’école primaire. L’objectif est de présenter le français au HSC (Baccalauréat australien) avec une année d’avance. Ce programme n’est plus un programme langue maternelle comme à l’école primaire mais offre un énorme avantage pour la préparation au HSC.

Killarney Heights est une école ouverte sur le multiculturalisme. De nombreuses communautés linguistiques y cohabitent harmonieusement. Presque 60% des familles de l’école ont deux langues à la maison. Pour faciliter l’intégration des enfants ne parlant pas (ou peu) anglais, l’école dispose de deux professeurs d’ESL (English as a Second Language), ce qui est très rare et spécifique à la population scolaire de Killarney.

Le professeur d’ESL initiera votre enfant à l’anglais à travers une approche très progressive. Cet apprentissage se fait à l’école, pendant les heures de classe, lors de sessions qui durent 30 minutes, 4 fois par semaine dès l’arrivée de l’enfant. Ces sessions peuvent être collectives ou individuelles selon les besoins et la progression de l’enfant. Ce rythme ralentit au fur et à mesure de l’année, en fonction des progrès de l’enfant. L’école étant avant tout un milieu anglophone, l’enfant immergé progressera de
lui-même.

De nombreux enfants nés dans des familles bilingues et vivant en Australie ne parlent pas (ou plus) le français. C’est une situation courante et normale, liée à la pression de l’anglais qui est la langue du jeu. Pour être admis dans le programme intensif, l’enfant doit avoir un contact régulier avec la langue française en dehors de l’école (parents, grands-parents, etc.), et de ce fait avoir, au minimum, une bonne compréhension du français. Un enfant issu d’une famille bilingue inscrit dans le programme mais n’ayant pas une compréhension suffisante de la langue risquerait de ne pas pouvoir suivre le rythme du programme intensif. Les enfants arrivant en cours d’école primaire et n’ayant jamais été scolarisés en français devront être évalués par les enseignants francophones. Si le niveau de lecture/écriture ne permettait pas une intégration dans le programme, les parents s’engagent à donner des cours particuliers aux enfants pour récupérer le niveau requis.

Les enseignants francophones sont employés par l’association et les participations financières des parents à l’association servent directement au règlement des salaires.
Les parents anglophones contribuent également au programme mais dans une moindre mesure car ils ne bénéficient pas du français intensif. Leur participation représente
néanmoins environ 30% du budget total. La majorité des frais logistiques (matériel, ressources) sont pris en charge par l’école. L’école assure aussi le salaire d’1.6 enseignant depuis 7 ans. Nous avons longtemps bénéficié d’une bourse du Sénat français, et espérons maintenant une autre source de soutien financier français tout en travaillant également à
la recherche d’autres sources de financement.

F.A.N.S. recrute des enseignants de langue maternelle française (français, belges, suisses, canadiens, etc….) et tous sont diplômés de l’enseignement.

Lancé en 2012, le LabelFrancÉducation est accordé aux établissements scolaires étrangers qui participent, dans le cadre de leur enseignement national, au rayonnement
de la langue et de la culture française. Il reconnait et valorise les établissements, publics ou privés, qui offrent à leurs élèves un enseignement renforcé de la langue française et leur permettent de découvrir d’autres disciplines dans cette langue. Il a également pour vocation de promouvoir un enseignement bilingue francophone d’excellence à l’étranger au près des élèves et de leurs parents.

Sa mise en œuvre associe le ministère des Affaires étrangères, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative et l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE) qui est chargée de sa gestion administrative et financière.

Ce label permet aux enseignants et aux établissements de profiter d’un réseau mondial d’écoles et de partager ressources, formations et informations sur leurs méthodes et leurs programmes. Ce réseau est complémentaire de celui de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE) qui gère les écoles au curriculum purement français comme le Lycée Condorcet à Sydney.

Pour les familles, l’accréditation du programme est un label de qualité et facilite la mobilité. 153 établissements scolaires dans le monde ont obtenu ce label à ce jour. Killarney Heights Public School était le premier établissement à recevoir cette accréditation en Australie.

http://www.labelfranceducation.fr/

Killarney Heights Public School est une école publique australienne et le programme bilingue suit donc le programme du NSW.

http://educationstandards.nsw.edu.au/wps/portal/nesa/home

Le programme de français intensif suit ce même programme, adapté aux besoins de l’apprentissage du français. Les enfants de Year 3 et de Year 5 passent les tests NAPLAN, une évaluation nationale australienne. Les enfants francophones font également des évaluations spécifiques au programme intensif de français à un niveau langue maternelle.
Depuis 2012, les élèves de Year 6 passent des évaluations DELF. Les résultats obtenus démontrent l’efficacité et la qualité du travail effectué par les élèves ces années mais aussi dès l’entrée en Kindergarten et tout au long de leur cursus à Killarney.

Les bénéfices du bilinguisme sur le développement intellectuel de l’enfant ne sont plus à démontrer. Qu’ils soient d’ordre linguistique, culturel ou cognitif (capacité d’abstraction, conceptualisation, traitement de l’information, adaptabilité et créativité), ceux-ci sont vantés par toutes les études sur le sujet. L’intégration de chaque enfant sera
néanmoins différente selon l’âge auquel il rejoint le programme, sa maîtrise des deux langues et sa personnalité propre !

Le bilinguisme, à Killarney, fonctionne sur le modèle du « team-teaching » avec 2 enseignants, l’un francophone, l’autre anglophone, présents simultanément dans chaque
classe. Ils enseignent, chacun dans leur langue maternelle, toutes les matières du programme primaire australien, à tous les enfants réunis. Chaque enseignant
francophone est responsable de 2 classes. Les enfants francophones bénéficient aussi chaque jour d’environ une heure de français intensif. Cette heure peut, dans certains
cas, être répartie sur deux sessions de travail. Les groupes sontgénéralement petits et les différences de niveaux sont gérées par un travail différencié lorsque nécessaire. L’ensemble du programme prend en compte le travail intensif entre francophones et les heures de « team-teaching ».Celui-ci s’inscrit dans la vie de l’école et l’actualité spécifique d’une semaine ou d’une autre peut donc parfois en modifier l’organisation.

Le programme du Kindergarten n’est pas équivalent à celui d’une Maternelle Grande Section en France. En effet, le Kindergarten a pour objectif l’apprentissage de la lecture et de l’écriture qui s’étend jusqu’à la fin de la Year 1. En fin de Kindergarten, les enfants du programme bilingue lisent tous, à des niveaux variés, en français et en anglais. D’autre part, le kindergarten faisant partie intégrante de l’enseignement primaire, les enfants doivent apprendre à être autonomes : gestion du repas, restitution régulière du travail effectué, routine quotidienne de la classe.

Le programme bilingue de l’école de Killarney Heights accueille les enfants ayant au minimum 5 ans au plus tard le 31 juillet de l’année scolaire concernée.
Ainsi, pour pouvoir débuter en janvier 2018, l’enfant doit être né avant le 31 juillet 2013.
La loi impose que les enfants soient scolarisés au plus tard l’année de leurs 6 ans, mais autorise les enfants de 5 ans à commencer l’école.